17 juillet 2008

DERNIERE AG AVANT……

P1010272

Il fallait bien que cela arrive, à force de réunions harassantes on s’est retrouvés à BAR à quelques semaines du départ de la course.

Pas mal d’absents compte tenu de la période : Jean- Luc et Brigitte retenus par d’autres obligations familiales, Anne- Cécile toujours bloquée en Belgique où – pour une raison inexplicable - le 14 juillet n’est pas un jour férié, Frédéric et Véronique qui préparaient je ne sais quel événement à connotation vaguement festive et enfin JLD victime d’un accident potager (il ne s’agit pas d’un problème survenu en compagnie d’un vieux copain mais d’un accident de jardin, les plus dangereux)

La meilleure façon de se retrouver…

Toujours naïfs nous pensions que la période serait propice aux ballades en bécanes et nous étions partis à plusieurs groupes destinés à se rejoindre.

Alain, Annie et notre nouvelle star Thibault sont venus nous rejoindre le vendredi à MONTPELLIER, je suis parti avec eux le samedi matin (Mireille devant travailler ce jour là elle nous à rejoint sur place avec ce véhicule à 4 roues que nous utilisons parfois)

Histoire d’aérer BOLDORETTE Bruno devait nous rejoindre sur la route ainsi que Do et Laurent venus l’un du nord l’autre du sud.

On a bien sur pris le chemin des écoliers qu’affectionnent tant les motards (pourquoi faire en trois heures ce que l’on peut faire en sept). Le premier RV était fixé à LACAUNE vers 12H30. Un peu avant cette riante cité on croise un collègue circulant à des vitesses non sarkoziennes en train d’atomiser une voiture. Au moment où on se fait signe en se croisant je me dit : belle bécane bleue et joli casque……Et au même moment on réalise tous qu’on venait de croiser Bruno largement en avance sur son horaire (on se demande pourquoi)

Le temps que celui-ci stoppe BOLDORETTE (environ trois kilomètres) et fasse demi tour nous avions accomplis notre première jonction.

A table Bruno nous dit : on a convenu avec Do de faire une halte à 15H00, et de se téléphoner pour voir où on se rejoint … On repart donc sous une pluie battante (normal on est un juillet) et quelques kilomètres plus loin on croise un motard qui semble vouloir passer le mur du son avec une bécane pas vraiment faite pour ça.

Là j’ai à peine pris le soin de vérifier, il était tellement évident que nous venions de croiser Do que j’ai freiné et fait demi tour sans attendre. On s’est retrouvé et arrêtés devant le panneau d’un lieu dit…. « Le Glandou »…Visiblement on état déjà connus dans le coin

Laurent nous a rejoint sur place portant notre nombre à six motos, ce qui, notamment en AVEYRON, ouvre des perspectives infinies…

Vivement la course ! (ce sera beaucoup moins dangereux)

Le lendemain dimanche après une gentille balade matinale on décide de se séparer en deux ateliers : promenade pédestre et arsouille bécanière.

Jean – Paul accepte de superviser le premier atelier (sinon il n’y aurait eu que des filles dedans et vous imaginez le résultat) ce qui donne aux membres du second toute latitude pour se lâcher un peu

Ceux qui n’ont jamais roulé avec Do ou Laurent (et qui donc ont a priori tous leurs points de permis) n’imaginent pas ce que peut être une arsouille à l’ancienne, je vais tenter cependant de vous en donner la recette :

Vous prenez six motards (chiffre non limitatif), vous vous assurez que les motos sont en bon état et que les pilotes ont rédigé leurs testaments.

Vous lâchez le tout sur des routes de campagne viroleuses à souhait et ornées des ingrédients qui évitent aux motards de tomber dans la facilité : gravillons, bouses de vaches, tracteurs, vieux au bord de la route.

Il est important, au moment du départ, que chacun annonce à voix haute qu’on n’est pas là pour se faire mal, que ces routes ne permettent pas de foncer comme des malades, que le paysage est joli (pour ce qu’on en verra !) et qu’il faut pas aller vite car on roule avec un jeune et en 125 en plus (tu parles !)

Une fois ces formules incantatoires prononcées nous partons tous gentiment à des allures raisonnables (ben oui faut bien faire chauffer les pneus !)

Evidement au bout de quelques kilomètres il y en a toujours un qui craque et ouvre en grands permettant à ceux qui l’observaient depuis un moment de prendre sa roue pour un baston d’enfer

Bien sur je ne pourrais pas vous donner beaucoup plus de détails vu qu’en quelques virage j’étais trop largué (et trop préoccupé à assurer ma survie) pour décrire ce combat de titans

J’ai donc suivi Thibault (mon nouvel ami d’enfance) à un rythme qui au dire d’Alain n’avait cependant rien de ridicule. A l’occasion d’un arrêt Alain est d’ailleurs revenu rouler avec nous avec ce sobre commentaire technique : ils sont fous.

Un tel commentaire venant d’un pilote comme Alain donne une idée de ce qui se passait devant, d’ailleurs nous nous en rendions bien compte, passant quelques minutes plus tard, en voyant les visages hagards des gens qui remontaient péniblement du fond des fossés où ils s’étaient jetés.

Une soirée au paradis

Le soir on était tous invités chez Serge et Christiane dans leur superbe île sur le VIAUR.

Pour tous ceux qui ne connaissent pas je ne vais pas trop décrire car je ne tiens pas, vu le succès mondial de ce blog, à voir débouler des hordes de touristes ou le championnat du monde de camping car.

Imaginez simplement ce que peu donner le cocktail suivant :

Rivière, apéro, amitié, grillades, amitié, guitare, Brassens etc

Même la pluie n’a pas réussi à nous ôter le sourire (tous ceux qui m’ont vu en « mode pluie » peuvent en témoigner)

Pendant que Jacques le père de Buno et Laurent (si si il a réussi a faire les deux) nous flashait à tour de bras nous pouvions mettre en pratique nos saines notions de diététique concernant les fameux « cinq fruits et légumes par jour » à savoir : anis, houblon, raisin, malt, prune.

Comment s’étonner dès lors de notre forme éclatante

Ca va trop vite

Le lundi (14 juillet) le réveil était un peu triste (en plus sans la voix de JLD c’est pas vraiment un réveil)

On est retournés sur l’île pour un dernier repas en commun avant de reprendre nos montures et de nous séparer

Comme toujours on s’est rendu compte qu’on avait encore plein de choses à se dire et que ce coup-ci on entrait dans la dernière ligne droite : le moto tour débute le 26/09, ce coup ci il va falloir s’y mettre sérieux

Pour finir sur une note souriante voici un extrait des meilleures répliques du week-end qui vous donneront une idée du niveau général :

Do (réaliste) : non j’ai pas fait un tout droit !

Bruno (optimiste) : mais non y pas de gravillons, c’est juste des panneaux qui annoncent les gravillons.

Jean – Paul (conjonctivite) : j’ai voulu les baiser et je me suis fait enculer…

Frank (motard atypique) : il va pleuvoir ? Chouette !

Annie (raisonnable) : la semaine prochaine on boit pas d’alcool, juste – en fin de repas- du vin sur le vin.

Jacques (observateur) : on parle beaucoup d’alcool sur ton blog

Frank (mauvais joueur) : non on parle de bécane aussi

Thibault (technique) : cette grande courbe je pensais pas qu’elle se passait à cette vitesse

Frank (livide) : moi non plus…

Posté par FrankBlanquer à 16:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur DERNIERE AG AVANT……

Nouveau commentaire